mardi 20 février 2018

Un bureau de poste philatélique à Bellefonte ?

Suite du courrier lié à l'American Philatelic Center, le siège de l'American Philatelic Society à Bellefonte en Pennsylvanie, j'ai également commandé début décembre un nouveau livre édité par l'APS : Bermuda: Crossroads of the Atlantic - A Postal History d'Arthur H. Groten et David R. Pitts dont l'étude exhaustive du courrier des Bermudes a donné lieu à une conférence à la Royal Philatelic Society, à Londres, le jeudi vingt-huit avril 2016.
La couverture de l'histoire postale des Bermudes de Groten et Pitts, éditée par l'American Philatelic Society.
La conférence est vivante, le livre exhaustif détaillant ce que les quelques lettres rescapées nous apprennent de la vie quotidienne de l'archipel et de son emplacement de carrefour nord-atlantique.
L'enveloppe à bulles contenant l'ouvrage.
Cinq timbres-poste pour les vingt-deux dollars cinquante-et-un cents de port entre les États-Unis et la France.
Les timbres du petit cent art nouveau aux dix dollars sécurisé tendance métallurgie et relief en trompe-l'œil apparent, mais imprimé en relief tout de même.
Un beau panel de valeurs courantes : un cent lampe Tiffany de 2008 déjà vu sur cartes Postcrossing aux grosses valeurs Waves de deux et dix dollars, respectivement de 2015 et 2012. Saison de l'Avent oblige, un des timbres de fin d'année 2017 à valeur d'usage Forever (cinquante cents actuellement).

De nouveau une oblitération de l'American Philatelic Center, mais cette fois petit format en noir, en date du dix-neuf décembre 2017. Il est plus lisible sur le document douanier glissé dans une poche plastique au dos :
AMER PHILATELIC CTR CPU
BELLEFONTE PA 16823
Une question à poser un jour : vu la libéralisation postale en cours dans le monde occidental, le personnel de l'APS tient-il lui-même le bureau à l'intérieur de son siège ?
Le même jour, en vert, l'enveloppe est frappé d'un AVSEC UNIT au logo de l'opérateur public états-unien.
Néanmoins, il semble exister une procédure pour les courriers pesants pour des questions de sécurité aérienne (AViation SECurity ?), d'après ce rappel de l'United States Postal Service à ses employés.

Ainsi, tous les courriers de plus de treize onces (environ trois cents soixante-huit grammes) affranchis en timbres-poste ou utilisant les entiers de l'USPS doivent être déposés à un comptoir de bureau de poste. Des alternatives en ligne existent permettent d'enregistrer et affranchir, mais l'objet devra être posté en bureau tout de même ou confier à un facteur. Tout courrier de plus de treize onces trouvé dans une boîte de rue sera renvoyé à l'expéditeur.

Une exception est signalée : les clients expédiant hors-bureau relèvent d'unités postales sous contrat (Contract Postal Unit = CPU), ce qui est donc le cas de l'American Philatelic Center à Bellefonte.

L'inventaire des oblitérations du monde PhilaStempel.de propose deux oblitérations de l'APC : je vais pouvoir en proposer deux de plus à son webmestre.

mardi 13 février 2018

La mode règle britannique de l'oblitération au stylo

Si les collectionneurs d'oblitérations bien rondes ou commémoratives françaises se heurtent à la double oblitération dans des centres de tri stressés avec le soutien d'une Direction industrielle bornée (voir Bravo La Poste du blogueur du London Cover Circuit), ceux des oblitérations britanniques se heurtent au réflexe du stylo-bille et du marqueur chez les employés de Royal Mail.
Une carte Postcrossing affranchie pour un collectionneur : Thank you, the Flying Rat! No thanks, Mr. Postman :(
Ainsi, mi-janvier arrive une carte postale du Pays de Galles avec un timbre de distributeur Post & Go commémoratif du cinquantenaire du type Machin de l'année dernière. Chouette !

Oblitéré d'un V au stylo ?!

Victory churchillien ? Sod off postier ?!! Pas assez d'encre luminescente pour la machine à trier ?? Plus d'achat d'encre pour pouvoir reverser des dividendes aux actionnaires de l'opérateur totalement privatisé ???

Puisque le courrier des lecteurs de Stamp Magazine ne suffit pas - et en France la question est-elle encore posée au Congrès de la Fédération des associations ? -, les marchands philatéliques et leurs clients en sont à se plaindre publiquement sur les réseaux sociaux à chaque commande bellement affranchie peinturlurée au centre de tri.

Même les recommandés déposés dans un Post Office en sont victimes.

Alors ?

Colère logique des collectionneurs. Directions postales et philatéliques se renvoyant leur impuissante indifférence et vice-versa. Non-collectionneurs philosophant que ces plis sont signes de l'état de l'histoire postale du vingt-et-unième siècle débutant...

... Au moins, les doubles oblitérés français indiquent la date de prise en charge par La Poste.

dimanche 11 février 2018

Le mystère lattois s'épaissit à La Poste

Les plus anciens lecteurs de ce blog savent mes liens anciens avec la commune de Lattes, située entre Montpellier et les étangs, et qui eut droit à un timbre-poste en 1991.

... [les lecteurs : ça y est, il délire encore, la preuve :]...
Oula ! Écran noir pour la « recherche infructueuse » de Lattes dans la base des timbres de France Phil-Ouest.com.
Si, si, observez à la loupe les deux Journée du timbre de 1991 consacré au tri postal ou relisez ce blog ou voyez sur le site de l'Association philatélique de Montpellier.
C'est tout petit, ça date de la préparation des Jeux olympiques d'hiver d'Albertville, mais c'est bien « 34970 LATTES » sur ce timbre.
Non, je n'ai toujours pas la réponse sur pourquoi choisir cette commune pour ce timbre, mais apparemment, elle est toujours dans le stock de la communication de la Direction industrielle de La Poste.
Image du documentaire autorisé sur le tri du courrier et des colis par La Poste, diffusé sur RMC Découverte en décembre 2017 (copie d'écran réalisé à partir d'un enregistrement dans le cadre de l'exercice du droit à la copie privée).
Le jeudi vingt-huit décembre 2017, la chaîne de télévision RMC Découverte a diffusé un documentaire de Lionel Langlade La Poste, une logistique XXL (Ah! Production, 2017) où les acteurs du tri et du timbre expliquaient leurs rôles dans le transport du courrier et des colis en France.

Moins négatif que le reportage sur les auto-entrepreneurs du colis d'Envoyé spécial de France 2 de décembre 2015, l'émission permet d'apprendre où en est la gravure assistée par ordinateur côté Phil@poste et la machinerie de redressage, d'oblitération, de lecture optique et de cheminement vers les bons sacs, bacs et camions des différents objets confiés à La Poste.

À plusieurs reprises, des films de synthèse expliquent des processus. Celui sur la lecture automatisée des adresses m'a fait sauter de ma chaise : toutes les enveloppes passant le scanner sont marquées d'une adresse « 34970 LATTES » !

L'adresse précise existe : il s'agit d'un des immeubles du quartier de Port Ariane, organisé autour d'un port de plaisance et d'un lac artificiel entre le centre de Lattes et le fleuve Lez.

Lattes et La Poste... Quel mystère cela cache-t-il ?


Note : la plate-forme industrielle du courrier (PIC) se trouve près de l'aéroport de Montpellier, sur la commune voisine de Mauguio, et le centre du tri historique (fermé, terrain vendu) dans le quartier de Saint-Martin au sud de Montpellier (dans un canton urbain jadis lié à Lattes).

mercredi 7 février 2018

Nostalgie du centenaire ou uchronie de la Grande Guerre

La collision de nouvelles provoquent la nostalgie d'un vingtième siècle où les conflits n'auraient pas (tous) eu lieu grâce au meilleur comportement de quelques politiciens, notamment la Grande Guerre dont la dernière année du centenaire ne clora pas les centenaires des événements ayant continué à pousser l'Europe et son voisinage vers de nouveaux conflits à court et long termes.

Certes, l'historien Ian Kershaw a bien montré, avec Choix fatidiques (Fateful choices) pour la période 1940-1941, que l'Histoire est une avancée constante et inexorable des actions humaines conduisant les hommes à commettre la seule et catastrophique action qui leur paraît possible au moment donné, ayant annihilé toute autre possibilité acceptable au fur et à mesure.

Mais, pendant l'automne 2017, Fred Duval et Jean-Pierre Pécaud assistés de Fred Blanchard, les auteurs de l'anthologie dessinée uchronique Jour J ont osé réécrire l'histoire de la pacification et de la démocratisation sans guerre du Moyen-Orient de 2001 à nos jours. « Avril 2006 : Bagdad, première destination touristique du Proche-Orient », sous-titre provocateur du trente-et-unième tome de leur série.

Dans la trilogie du Prince des ténèbres, le surnom du personnage-clé, l'agent du FBI John O'Neill parvient à convaincre le gouvernement états-unien du danger d'Oussama Ben Laden et de son groupe... et d'éviter l'attentat du 11-Septembre dans lequel il est mort au premier jour de son nouvel emploi de chef de la sécurité du World Trade Center, à New York.
Le timbre du centenaire de la mort de l'empereur François-Joseph (merci Irene et Postcrossing).
Dans cet état d'esprit, recevoir une carte postale d'Autriche affranchie du timbre que la République autrichienne a consacré à l'empereur François-Joseph en 2016 suscite de doux et naïfs rêves d'une histoire moins sanglante...

... avec la voix de Frédéric Mitterrand dans son documentaire de 1997, Les Aigles foudroyés, dans lequel il contait comment le conflit initial austro-serbe emporta trois familles impériales sur fond des premiers films de familles.

Le vieil empereur - et sa cour - aurait-il écouté davantage François-Ferdinand son héritier marié en-dessous de son rang, l'Empire austro-hongrois aurait-il pu se transformer suffisamment pour survivre aux nationalismes, voire éviter l'annexion de la Bosnie et de l'Herzégovine ? Eûsse-t-il disparu plus tôt, François-Ferdinand ou son neveu Charles aurait-il pu réconcilier Autriche et Russie avant l'inévitable, voire négocier des paix séparées avec quelques-uns des belligérants ?

Vains questionnements intellectuels pour s'occuper l'esprit ou redécouvrir la complexité des belligérants à l'été 1914.

Car c'est un autre historien qui anime la réflexion - et dissipe les nuages du rêve : les douze leçons sur les crises d'Orient de 1914 et leurs conséquences d'Henry Laurens au Collège de France viennent d'être diffusées sur France Culture du vingt-deux janvier au six février.

Rien que la première inquiète sur la situation de 1914 avant même les coups de feu de Sarajevo : la mémoire nationale française fixée sur le front allemand est secouée par le rappel que les futurs fronts étaient partout à vif et prêts à engloutir empires, soldats et civils, également au sud-est du continent. Royaume-Uni tentant de rallier l'Empire ottoman, pourtant hostile à l'Empire russe, affaibli par les indépendances balkaniques et dont la nouvelle génération de gouvernants rêve de grandeur turque...

Je frémis de ce que les onze émissions suivantes vont me révéler sur les multiples grands et petits faits entre Europe et Asie qui ont conduit aux bains de sang, génocides, tensions, frontières disputées, attentats,... depuis.

mardi 6 février 2018

Trouvailles après le comptage de kermesse

Le bénévolat a du bon pour aider des causes charitables... jusqu'à ce qu'on plonge dans la gestion de l'effort bénévole quotidien.
Six pièces ayant capté mon regard... après comptage et recomptage de quelques centaines d'autres (oui, mes talents photographiques de monnaies sont à découvrir).
Ainsi, en décembre dernier, je fus chargé de tenir la caisse d'une petite kermesse au profit d'une œuvre trois semaines de suite. Les bénévoles furent bons pâtissiers, les clients fort donateurs de pièces et billets...

Outre que ça pèse lourd, je dus compter et recompter tout en ayant en poche mes propres pièces pour des échanges à la volée pour ma collection : on ne se refait pas, « collectionneur de collections », disait ma mère.

Certes, la vingt centimes et la cinquante centimes de gauche sont courantes, mais pas encore à mon œil : l'autrichienne peut-être à cause du souvenir des monuments lorsque j'avais visité Vienne ; la belge car j'ai encore le père, Albert II, en mémoire davantage que le profil du Roi Philippe.

En haut, le château de Bratislava, version cinquante centimes, est franchement peu courant dans le sud de la France !

En bas, les collectionneurs français reconnaîtront la commémorative Auguste Rodin de deux euros, frappées à dix millions d'exemplaires.

À droite, les courantes deux euros d'Andorre et de Chypre... entre le plein de cigarettes et alcool détaxé dans les Pyrénées et vacances méditerranéennes ?

Un véritable connaisseur de millésimes et de frappes fautées en aurait sûrement repéré bien d'autres. Moi, j'essaie désespérément de payer en monnaies autant de courses et d'achats que possibles avec toutes ces pièces...