mardi 3 janvier 2017

Informatique en philatélie au Séminaire Crawford

Mercredi douze octobre 2016, avait lieu le Séminaire annuel Crawford au siège de la Royal Philatelic Society London. Cette année, le public présent a pu bénéficier des conseils et d'une première formation aux outils informatiques adaptés à la philatélie, de l'étude des timbres à la construction d'une feuille d'exposition : Digital Philately for Beginners.

Les absents peuvent retrouver le diaporama au format pdf de Mark Bailey et Mark Copley, comprenant conseils, logiciels et didacticiels. Certaines pages détaillent certaines questions techniques pour les curieux.

Qu'y a-t-il d'intéressant à savoir, à revoir ou à découvrir ?

Un matin à scanner et triturer
D'abord, scanner avec définition de la résolution et choisir les formats de fichier image possibles (jpeg, gif et tiff). Et, surtout - il faudrait que je fasse l'effort - de gérer luminosité, constraste et orientation de l'image avec le logiciel de numérisation, plutôt qu'avec le logiciel de modification d'images qui va perdre des données au fur et à mesure des modifications et des sauvegardes. Ne pas oublier les paradonnées pour conserver des informations-sources dans les propriétés du fichier.

La leçon se poursuit sur l'intérêt de la photographie numérique, en comparaison avec le scanner.

Ensuite, le travail de l'image créée commence pour obtenir des fichiers de bonne qualité pour un site web ou une impression. Une démonstration du logiciel Photoshop Elements conclut la matinée.

Un après-midi à imprimer et décolorer
Importante question pour ouvrir l'après-midi : les couleurs depuis celles que nos yeux perçoivent à l'interprétation réalisée par les logiciels de numérisation et de retouche d'images (mode RGB), jusqu'à celles que les machines d'imprimerie réaliseront (mode CMYK ou quadrichromie).

Quels logiciels de traitement d'images, de publication assistée par ordinateur sont capables de gérer le second et permettre à l'auteur de s'assurer que les couleurs imprimées correspondront au mieux à la réalité ?

Une application plus concrète pour les philatélistes et les historiens postaux : comment la trituration des niveaux de couleurs en quadrichromie permet d'isoler une oblitération à partir d'un scan d'un timbre ou d'une enveloppe oblitérés.

L'heure du thé pour préparer à exposer ou conférencer
Le début d'après-midi est consacré à créer les pages d'une exposition sous un traitement de texte ou un logiciel de diaporama : couleurs des textes et de l'arrière-plan, police et niveaux de titres, etc.

La partie suivante adapte la précédente à l'exposition numérique : enregistrer sa collection exposée en pdf ou en livre en ligne.

Enfin, le diaporama sur lequel s'appuie une conférence fait l'objet d'une longue liste d'éléments à prévoir et de conseils à suivre pour éviter que l'outil cache et gâche le propos du conférencier autant que l'intérêt de l'auditoire.

Merci à MM. Bailey et Copley d'avoir mis le résumé du séminaire en ligne.

1 commentaire:

Bernard Péroche a dit…

Merci d'avoir signalé ce document sur l'informatique en philatélie qui me paraît très instructif (je n'ai fait que le parcourir pour l'instant).